sommaire cinéma
@ chroniques de films
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques cinéma


My summer of love de Pawel Pawlikowsky
Avec : Nthalie Press, Emily Blunt, Paddy Considine, Dean Andrews

Comme son titre l’indique, le second long métrage de fiction de Pawel Pawlikowsky raconte une de ces histoires d’amour qui ne dure que le temps d’un été. Allongée dans l’herbe d’un pré, Mona, seize ans, rencontre Tamsin, jeune fille issue d’un milieu aisé. Fascinée par cette amie qui lui parle de Nietzsche ou de Edith Piaf, Mona tombe bientôt amoureuse…

Seule originalité de My Summer of Love, élu quant même meilleur film britannique l’année dernière, la manière dont de Pawel Pawlikowsky inscrit l’intrigue dans les paysages du Yorkshire. Jouant avec la lumière et le décadrage des plans – voir la séquence de la première rencontre entre les deux héroïnes -, il crée une impression assez troublante de flottement entre impressionnisme des couleurs et sensualité des gestes.

Pour le reste, le réalisateur déroule une histoire d’amour très conventionnelle. Les clichés abondent : la jeune fille bourgeoise joue du violoncelle, boit du champagne, Mona parle avec un fort accent et accepte une liaison unilatérale avec un homme marié méprisant. Quant au frère tout juste libéré de prison et touché par la foi, il a reconverti le pub familial en lieu de rencontre spirituel révélant progressivement un caractère violent et dogmatique. Rien ne surprend donc, surtout pas le final fortement inspiré par le Butterfly Kiss de Michael Winterbottom, épilogue faussement naïf d’un film qui en dépit de quelques idées de mise en scène laisse le spectateur sur sa faim.
J.H.D. 

< autres chroniques



Copyright 2000-2016 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)