sommaire
disques
agenda
interviews
@ articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

Maarten : Pictures Of A Danish Girl - My Favorite Sheriff

1

Maarten

Pictures Of A Danish Girl (Buick La Motta/ Productions Spéciales - Boxon / BLM)

My Favorite Sheriff (Boxon / Anti-Craft)

C’est à Rouen en 1996 que se forme le groupe Maarten autour du chanteur/guitariste Wilfried Scheaffer. Fortement influencé par la pop anglaise, le groupe commet un premier EP autoproduit intitulé Our Most Beautiful Days sorti en 1999. Parallèlement, les Normands arpentent les différentes scènes où ils se produisent, multipliant les concerts et se sentant prêts pour l’enregistrement d’un véritable album.

Pictures Of A Danish Girl, sorti en 2005, est d’emblée placé sous le signe d’une pop délicate mais non doucereuse, éthérée mais en rien vaporeuse, caressante mais parfois aussi douce-amère, tout en s’inscrivant dans la lignée des songwriters mythiques comme un Nick Drake ou un Mark Linkous ou encore un Elliott Smith. La mélodie s’insinue, pugnace, imparable. Tantôt les guitares illuminent le morceau, tantôt elles lui donnent du corps, de la prestance, l’empêche de rester en apesanteur. Cependant il ne faudrait pas se fier aux apparences, rien d’absolument lisse chez Maarten, mais de subtiles aspérités, un relief qui nécessite une réelle attention, une instrumentation qui sait redonner de la force aux détails et dont le titre Whisper, véritable fleuron, est emblématique : éclat lumineux de guitares dont la puissance est accentuée par la rythmique, amplitude du mouvement, ruptures, le dernier mot étant laissé aux cordes. I Can’t Wait Till Tomorrow débute comme du Tortoise (arpèges de guitare caractéristiques) et s’épanouit assez vite comme du High Llamas. Il y a bien sûr de lointaines parentés avec leurs compatriotes de Tahiti 80, mais les influences sont davantage à chercher du côté de la pop anglaise et du rock américaine. Better Days Will Come Again se situe entre Belle And Sebastain et Nick Drake du côté duquel il penche davantage. On soulignera la pertinence de l’instrumentation et la progression crescendo de l’ensemble qui intègre le banjo puis les cuivres (trompettes à la Pale Fountains ou à la Moose), puis s’achève dans des arpèges dépouillés à la guitare avec des notes de carillon. On retrouve d‘ailleurs le banjo et la trompette dans Stranger In A Town qui n’est pas sans faire penser à L’Altra (séquence piano notamment). Four Very Long Day commence sur une dynamique rock et trompe son monde en prenant un virage tout en douceur, où le sens mélodique, particulièrement expressif, dégage une puissance émotionnelle toute intimiste, servie par les cordes, la voix tendue dans les aigus ajoutant une impression de fragilité. Paul’s Window contient une atmosphère légèrement inquiétante excellemment rendu par des variations modales. The Only Thing I Know qui ouvre cet album peut faire songer à Sparklehorse ou à Grandaddy, avec l’apport des trompettes pour enrichir les arrangements. Et malgré les influences facilement reconnaissables, Maarten sait dégager une identité propre. C’est dire, avec de telles références, combien cet album est indispensable.

My Favorite Sheriff a été enregistré sous la houlette de Jason Lytle (Grandaddy) dans son home-studio de Bozeman dans le Montana après une première session au Havre. Jason s’octroie également les services de Thom Monahan, musicien et producteur (Matt Pond PA, Pernice Brothers, Scud Mountain Boys, Devendra Banhart, Pop Levi...). Ici l’habillage rock se fait plus prégnant sans pour autant altérer la mélodie toujours délicatement distillée. Ainsi, A new Year qui entame ce 13 titres donne le ton en se distinguant du son de l’album précédent : comment résister à l’astucieux gimmick de guitare et au traitement décalé des cordes ? C’est probablement dans Sad Songs – une chanson pas triste du tout à écouter - que l’on reconnaît le mieux l’influence de Jason Lytle et Granddaddy. My Favorite Sheriff nous plonge dans la mélancolie tandis qu’un air de nostalgie, sous forme de berceuse vitaminée, se répand à l’écoute de Welcome home. Le tempo lent de So Lonely en fait une formidable mélodie cotonneuse où il fait bon se lover en s’étirant de temps à autre. Will You Inherit The House ? introduit un côté délétère tandis que l’enjoué Golden Days nous réserve sa pop sautillante et rafraichissante. She’s The One distille sa romance, A Rainy Saturday Night fait la part belle au solo, The Most Beautiful Day Of My Life énumère les jours de la semaine en une litanie désinvolte avec un arrière-goût de Beach Boys et de Sneetches. On retiendra surtout l’efficacité de All Around You à la mélodie imparable (« Let Me Sing Your Song »), le délicieux Cheers My Friends et ses « ahaaaaaaaa » à la Grandaddy, et Your Mother Should Know (O’ Brother) à la construction savante avec son refrain entêtant, sa mélopée séduisante, ses ruptures avec toutes formes d’ennuis et ses distorsions finales. Avec My Favorite Sheriff, l’élégie pop prend de l’ampleur et atteint des sommets.

Monsieur F.

< autres articles <



Copyright 2000-2016 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)