sommaire
@ disques
agenda
interviews
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques de disques

Jean-Louis Murat
"Le moujik et sa femme"
(Labels/Virgin)

Une réputation d'ours mal léché qui le précède comme une locomotive à vapeur, tout sauf une langue de bois lorsqu'il parle des maisons de disques, de la presse, qu'elle soit musicale ou non, un certain mépris pour bon nombre de ses collègues musiciens français qu'il jugent médiocres, on entend et on lit beaucoup de choses sur Jean-Louis Murat l'Auvergnat. On en oublierait presque l'extraordinaire talent du bonhomme à écrire des chansons à tomber.
Pour ce nouvel album, Murat s'est entouré de Fred Jimenez la furieuse basse de la rythmique de l'AS Dragon, LE super backing-band de sieur Burgalat, ainsi que de Jean-Marc Butty, que certains auront remarqué aux côtés de PJ Harvey sur "To Bring You My Love" et qu'ils auront peut-être suivi pour le projet White Hotel avec Ken Low et Colleen Browne le temps d'un unique album 'First Water' sorti en France en 2001 (le groupe s'est malheureusement séparé en automne 2001).
Les 11 titres du 'Moujik et sa femme' sont tous - mis à part 'Le Monde Intérieur'- façonnés sur la base d'un swing redoutablement efficace emprunté aussi bien au blues qu'au funk, à coups de riffs à la gratte sèche et une rythmique organique et incisive. La recette traditionnelle du rock. Incorrigible romantique, Murat cisèle ses couplets d'une volupté presque animale, à la fois dans son jeu lexical et dans son phrasé traînant et roucoulant. Il l'avoue lui-même, Murat à cesser d'être trop cérébral et se demande comment les gens on pu comprendre ses précédents albums, si personnels. Retour à la chanson populaire "pour les pieds", pour les hanches et pour les mains, et surtout bien évidemment pour la chambre.
Il n'y a pas grand chose à jeter de la femme et de son veinard de Moujik, à part peut-être les deux derniers titres Vaison-la-Romaine et le Tremplin que l'on ne réécoutera peut-être pas aussi souvent que l'au delà premier single ravageur, ou Baby Carni Bird et "la bite en or" de mister DJ Jean-Ed. Pour ceux qui regretterait un peu le Murat de Dolores, ils pourront toujours confronter leur compréhension de Nietzsche avec celle de l'Auvergnat sur Le Monde Intérieur (je vous renvoie vers l'interview de JL Murat sur www.chronicart.com).
Merci Jean-Louis. La France peut désormais espérer monter en D1 !
RedApple
(redapple [AT] purjus [POINT] net [*]) 
>> achetez ce disque sur Amazon.fr >>

< autres chroniques <


Jean-Louis Murat interviewé par PurJus

Jean Louis Murat et Purjus
Rencontre avec le musicien au regard bleuté qui a rempli l’Entrepôt à Grenoble d’une foule aux parfums féminins et à la sueur masculine coutumière.
> lire l'interview



Copyright 2000-2018 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)