sommaire
@ disques
agenda
interviews
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques de disques

V/A Active+Clapping
"Active Suspension vs Clapping Music"
(Clapping Music / Active Suspension / Chronowax)

On était en droit d’attendre le meilleur de la part de ces tout jeunes labels français de qualité que sont Active Suspension et Clapping Music, respectivement fondés en 1998 et en 2001. Et là, il n’y a guère de surprises et aucune déconvenue. Le résultat est plus qu’intéressant, unissant inédits et surtout rencontres inédites (voir les featurings) sur une double compilation. Côté strictement musical, on poursuit dans la même veine, pour une certaine idée d’aborder l’électronique et, plus généralement, la composition. Des personnalités marquantes : Hypo, Domotic, My Jazzy Child, Encre, Odot.Lamm et bien d’autres, des invités de marques (notamment King Q4 et TTC), bref des artistes à la forte personnalité, défricheurs de sons, originaux, audacieux. Cette audace se mesure d’abord dans l’adoption d’un principe commun : ne pas s’embarrasser de fioritures... Rien d’inutile, aucun effet de manche, il faut être capable d’aller à l’essentiel. C’est cette essence musicale que poursuivent ces musiciens, qui y parviennent par divers chemins et autant de nuances, parfois différents, d’autres fois, sinon similaires, du moins parallèles, voire très proches. Une manière, aussi, de confirmer des talents naissant comme le fort doué Damien Mingus qui officie sous le nom de My Jazzy Child et qui avait déjà fait fort impression sur la compil’ My Favorite Things. De l’audace aussi dans les rapprochements : l’excellente collaboration entre dDamage et TTC. Audace enfin dans le mélange non seulement des styles mais surtout des approches : pop déconstruite et reconsidérée (comme sait si bien le faire Hypo dans une optique électro - dans le même registre, on songera à Mum), explorations sonores osées et rythmes quasi dansants (frappes rythmiques électro-house à la Odot.Lamm - parmi les meilleurs dans le genre - ou breaks-beats lestés), incrustations quasi surf et complètement déjantées - cf. Sogar : Shinsei amateur remix) -, ou encore cette curieuse alchimie entre une électronica exigeante et le folk développée par Balula (Pur Glace), sans oublier le travail sur la voix auquel nous convie Domotic dont l’album Bye Bye n’a pas vraiment quitté l’intérieur de nos têtes. Autant de chemins non balisés à parcourir, autant de pistes à découvrir. Une manière intelligente et sensible de faire de la musique, une électronica imagée (et/ou suscitant l’imagination), mouvante, matériau de luxe entre les mains d’architectes et sculpteurs de sons.
Monsieur F.
(monsieur [POINT] f [AT] purjus [POINT] net [*]) 

< autres chroniques <




Copyright 2000-2018 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)