sommaire
@ disques
agenda
interviews
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques de disques

Richard Hawley
"Lowedges"
(Setanta/PIAS)

Dans le livret de Lowedges, une dédicace à l’attention des membres de la NABD (National Association for Bikers with a Disability). Sur le site de l’association un espace réservé à des poèmes de bikers. Sara Russell en signe la plupart. Pas de traces de l’ami Richard Hawley.
La dernière fois que j’ai écouté Richard Hawley, il apparaissait en tant que guitariste et coproducteur sur l’album d’un groupe de petites frappes, des potes à lui Hoggboy. Des bons gars et un bon rock. C’était en ce début d’année.
Empruntant le sous ensemble lexical chéri du monstre sacré de la love song qu’est Barry White, Richard triture de son doux timbre les « Oh my Darling » et « My love ». Sa guitare n’est pas en reste. Maîtresse délicate mais peu surprenante elle revisite des lignes efficaces et mièvres...
Je peux écouter ça en boucle et à toutes heures. Pourquoi ? Suis-je faible ? Hawley m'a-t-il roulé? Avec sa belle voix, ses mélodies qui habitaient les rêves des jeunes filles d'antan, il ne se moquerait pas de moi?
Je crois que non.
Ma conclusion : Lowedges, c'est beau et doux comme un album de Noël de Low.

BSGD
(bsgd [AT] purjus [POINT] net [*]) 

< autres chroniques <




Copyright 2000-2018 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)