sommaire
@ disques
agenda
interviews
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques de disques

V/A Plain Recordings
"You Can Never Go Fast Enough"
(Plain Recordings/import)

Au début des 70's, le réalisateur Hellman et l'écrivain Wurlitzer tournent "Two Lane Blacktop". Dans les rôles titres de The Driver et The Mechanic deux jeunes musiciens : James Taylor et Dennis Wilson (le Beach Boy qui surfait et fricotait avec Charles Manson). Je n'ai pas vu ce film, je passe sur l'histoire et ses détails : nos deux hommes prennent en route The Girl, avalent les miles et affrontent durant des courses The GTO. Un road-movie des plus cultes d'après ce que j'ai pu lire.
"You can never go fast enough" est un hommage de fans de "Two Lane Blacktop". Pas n'importe quels fans : Will Oldham, Wilco et Sonic Youth pour ne citer que les plus illustres. L'homme de ce projet sympathique est Filippo Salvadori. Ce qu'il voulait pour cette seconde bande-son : "[...] acoustic and noisy for sure, with some desert and space thrown in". Il en a profité aussi pour placer des légendes : Huddie Ledbetter (1885-1949) alias Leadbully, bluesman des premières heures et Roscoe Holcomb le musicien de country préféré d'Eric Clapton.
L'ouverture est signée Sandy Bull, musicien précurseur et gourmand de toutes les musiques. Ceux qui aiment Gary Lucas lors de ces écarts asiatiques seront certainement séduits par le jeu limpide et métissé de Sandy Bull. Patti Smith ne s'y était pas trompé lorsqu'elle avait jeté son dévolu sur l'homme.
Bonnie Oldham Billie Prince, garnement déjà légendaire ouvre par un pastiche de "Don't cry Argentina" à la manière de la chanteuse championne du lancer de petite culotte un "Don't cry Driver" mémorable. A quand In Bed with Will ?
Ensuite les bons élèves que sont Alan Bishop-Alvarius B, Calexico et Steffen Basho-Junghans satisfont à esquisser une imagerie "acoustic & desert & space" avec leurs guitares. Le côté noisy laissé de côté par ces messieurs est mis en avant chez Eitzel & Capelle, où il est plus question de bruitisme adorablement froid et mécanique que de sonorités déflagrantes. Sonic Youth (inclus Jim O'Rourke) poursuit dans la même veine. Réussi.
Mes préférences vont à Giant Sand et Charalambides. Bien sûr Holcomb et Leadbully sont grands, Chan Marshall de Cat Power reprenant "I Can't get No Satisfaction" est immédiatement désirable, mais Giant Sand et Charalambides sortent vainqueurs haut les mains de cette bande-son hommage.

BSGD
(bsgd [AT] purjus [POINT] net [*]) 

< autres chroniques <




Copyright 2000-2018 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)