sommaire
@ disques
agenda
interviews
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques de disques

Set Fire To Flames
"Telegraphs in Negative / Mouths Trapped in Static"
(Fat Cat / PIAS)

Le collectif (13 membres !) basé à Montréal revient en force avec rien moins qu'un double album, toujours aussi exigeant. Entre post-pop-ambient (invitation au songe ou à la lévitation, c'est selon) et expérimentations electronica (Measure de mesure notamment) ou proche de la musique contemporaine (Small steps against inertia / Echo of Dead End ; Holy Throat hiss tracts to the Sedative-hypnotic), Telegrahs in Negative joue certes toujours sur les cordes (sensibles) mais s'adresse aussi de façon plus poussée à l'esprit dans sa manière de saisir et de structurer les sons. Loin d'être un album facile, il demande une attention particulière, le minimum qu'on est en droit d'exiger de l'auditeur, la différence sensible entre simplement entendre et plus rigoureusement écouter. Le son dans l'espace, c'est aussi une réflexion que peuvent nourrir les morceaux de Telegraps In Negative.
Apprivoiser le silence est une autre leçon que nous enseigne ce double album car les différences de volumes et d'intensités sont assez marquées. Etrangement, ces diverses collections de matériel sonore forment un ensemble cohérent. Mouths Trapped in Static apparaît finalement comme un prolongement naturel de Telegraph in Negative. Bien malin celui qui dissocierait les deux, il s'agit bien d'un double album et non de deux albums différents, nuance qui prend tout son sens. Les mêmes remarques générales s'appliquent donc à l'un et à l'autre. Le collectif expérimente et, ce faisant, prend des risques. Le moteur en est la recherche sonore associée étroitement, de manière indissociable à la création musicale. Même dans les aspects les moins faciles d'accès, les plus déstructurés, il y a presque toujours une ligne mélodique qui accroche l'oreille – le "presque" est de circonstance car cela est loin d'être systématique. Il n'y a aucune ambiguité, Set Fire To Flames ne saurait être réduit dans la catégorie "pop", "post-rock" ou "post-pop". Des parentés avec les signatures de Constellation, cela va sans dire : le traitement des cordes reste proche de A Silver Mt. Zion (cf. en particulier Rites of Spring Reverb, sur Mouths Trapped in Static). Samples de voix, drone, cordes, guitare, l'instrumentation est variée au même titre que les approches.
Une abstraction, certes, mais formée à partir du quotidien, et, surtout, des sensibilités du collectif, pour retranscrire une expressivité, une émotion loin de n'être que cérébrales. Il est grand temps que de tels albums ne se cantonnent plus dans ce qu'il est convenu d'appeler le "spé" !

Monsieur F.
(monsieur [POINT] f [AT] purjus [POINT] net [*]) 
>> achetez ce disque sur Amazon.fr >>

< autres chroniques <




Copyright 2000-2018 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)