sommaire
@ disques
agenda
interviews
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques de disques

Yvan Hio
"L´homme invisible"
(Microbe/PopLane)

Vendredi après-midi, parvis de la Défense à Paris, les travailleurs commencent à rentrer chez eux. Là, près de l’escalator menant aux quais du RER A, debout sur une grosse caisse en aluminium, entouré de ses machines à musique électronique, Yvan Hio méduserait les quidams par sa poésie moderne, ponctuant ses vers d’exclamations sonores, déclenchées à l’aide d’une télécommande infrarouge. Il y aurait aussi et surtout un grand écran 3x4m derrière ce personnage mystérieux sur lequel seraient projetées des séquences animées en 10 images par seconde, représentant un personnage sans ombre, errant à travers la ville oppressante.
Car la musique d’Yvan Hio foisonne d’images et de références cinématographiques (on pense à Hitchcock) et télévisuelles (La Quatrième Dimension, Les Envahisseurs). Une musique étrange et hypnotique, terriblement enivrante, qui tient en haleine de bout en bout, mêlant sonorités industrielles ou synthétiques et sons organiques samplés. Le phrasé d’Yvan Hio oscille entre Ignatus et Michel Houellebecq, mais l’ombre d’une Gainsbarre n’est pas si loin. Yvan Hio, avec ses 11 chroniques urbaines, vous ouvre grand les oreilles et les yeux, pour une expérience rare hors du commun, un peu comme si Prévert s’était mis à la musique au milieu des années 2010.
Pour finir, un avant goût avec ces quelques vers tirés du dernier titre ‘Berlin’
« Où la muraille passe
Les rues s’arrêtent
D’un côté, grisaille
De l’autre, paillettes »
RedApple
(redapple [AT] purjus [POINT] net [*]) 
>> achetez ce disque sur PopLane.net >>

< autres chroniques <




Copyright 2000-2018 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)