sommaire
disques
agenda
@ interviews
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

Encre

1 2 3 4 5

Comment arrives-tu à retranscrire ces ambiances un peu inhabituelles sur scène. On t'imagine volontiers derrière ton ordinateur, avec des samplers, mais apparemment tu as un "vrai" groupe derrière toi sur scène. Encre devient-il quelque chose de différent sur scène ou bien il y a-t-il une volonté de coller au mieux à ce qui est sur le disque.
Sampler, ordinateur, instruments c'est pas tant là la volonté d'utiliser une formule différente en terme de live. C'est surtout sur l'immédiateté : que cela soit dans l'utilisation des samples qui sont en fait découpés partiellement pour être déclenchés par des touches sur le vif comme un instrument. Et l'utilisation d'instruments parce que c'est ce qu'il y a de plus facile à utiliser en direct, et le plus apte à créer un espèce de cohésion entre plusieurs musiciens. Le live j'y trouve vraiment de l'intérêt que quand il y a une cohésion immédiate entre des gens et que j'en ai moi en tant qu'auditeur cette perception. C'est vraiment ça qui est important. il y a beaucoup de live électroniques qui sont vraiment du live. Des gens qui déclenchent des choses en temps réel. J'ai été pas mal surpris par un concert de Kaffe Mathews récemment où à mon avis elle a vachement peaufiné le côté "déclencher en direct des choses". Y'avait aussi une certaine proximité avec elle parce qu'elle était au milieu du public. Tu pouvais vraiment la voir dans tous ses faits et gestes. Néanmoins il y a aussi des gens qui sont sur laptop, que tu vois sur un scène qui effectivement en train de faire des trucs live, mais c'est vrai qu'en tant qu'auditeur, t'as pas la perception et la sensation directe de qui est en train de se passer. C'est quelque chose que tu ressent visuellement et sur le plan auditif beaucoup plus au travers d'instruments. C'est pour ça que moi je préfère utiliser cette formule. Maintenant je ne remets pas en cause le fait qu'il y ait vraiment un intérêt live dans l'utilisation de moyens électroniques en général. Mais la chose qu'on a essayé de faire surtout, enfin que moi j'avais en tête quand j'ai voulu faire un groupe pour le disque, c'est cette notion d'immédiateté. Et en fait on a travaillé autour de ça. Un groupe qui s'est monté au départ pour interpréter avec quelques lignes mélodiques qui subsistaient mais les gens se sont engagés dans un travail de composition beaucoup plus approfondi. Parce que c'est aussi ça qui est important quand tu veux générer une certaine energie sur scène. Il faut vraiment que les gens aient un rôle créatif, qu'ils soient vraiment investis dans le truc si tu veux espérer dégager un truc fort. Enfin moi je ne vois pas comment ça peut fonctionner autrement. Sinon les gens sont un peu des fonctionnaires un peu frustrés. Et puis c'est un peu "Regardez ma gueule, j'ai des musiciens autour". Je veux dire, ça n'a pas grand intérêt pour moi. Et d'ailleurs le groupe est en train de devenir un truc beaucoup plus démocratique, où tout le monde a des idées sur tout sur comment on doit avancer. Et moi je fais l'album de mon côté. J'arrive avec des textes et quelque part on instrumente le truc un petit peu comme on en a envie histoire qu'on ait pour ces morceaux et pour ces textes quelque chose de vraiment fort à dégager sur scène. Et qu"en même temps je puisse continuer à faire ma sauce tout seul sur ordinateur avec mes idées précises de composition etc. parce que trouve ça important pour moi. Mais il faut savoir que Encre sur scène c'est vraiment en train de devenir plus le projet de 5 personnes que le mien.

Cela veut-il dire que Encre sur scène va être rebaptisé dans quelques mois ?
Non je ne pense pas. Cet espèce de problème d'identité, tout le monde s'en fout. C'est un peu prétexte aussi pour le gens qui tournait autour de Clapping Music de remonter un groupe. Par exemple il y a 3 membres du groupe qui jouaient ensemble à l'époque et qui ont constamment essayé de monter des groupes et donc qui ont des idées bien précises sur ce qu'ils veulent faire. Et bon, le projet Encre c'était la sortie du label Clapping Music Tout le monde est autour de Clapping depuis je sais pas combien de temps. Bertrand, qui fait King Q4, qui a sorti son premier disque sur Clapping qui est dans l'environnement aussi. En fait quand il y a eu la proposition du truc, tout le monde s'est réuni autour parce que c'était l'éclate, on pouvait enfin refaire un groupe sur scène alors que tout le monde était dans des projets électroniques. Quelque part il n'y a aucune raison d'appeler ça autrement. On le fait quand même dans le contexte de la tournée pour l'album On profite de la structure que ça apporte. Donc ça reste Encre. Et puis bon, c'est quand même moi qui suis sur scène et qui chante des textes de l'album. Donc on recrée la thématique et l'atmosphère qu'il y a sur le disque, mais sous des aspects différents.

la suite (4/5)

< autres interviews <





Copyright 2000-2018 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)