sommaire
disques
agenda
@ interviews
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

La bonne étoile de Wilfried*

1 2 3 4

> Sur l'album
> Je te ferme les yeux
Le chant rappelle celui de Vanot sur le dernier album "Il fait soleil".
Ton avis ?

Jamais trop accroché sur Silvain Vanot (sauf quand il écrit la bio de Bob Dylan). Pas trop d'opinion là-dessus. Je voulais un chant suave, doux, chaud, plus à la manière des chanteurs de bossa brésiliens. Partiellement réussi.

Love Ghost
La chanson la plus entraînante, la plus dansante, la plus poppy-catchy: arrangements Anne Laplantine et Nikolu.
Ca rappelle une chanson du Ben Symphonic Orchestra sur Junk Shop ?
Peux-tu revenir sur ces deux personnes, le travail effectué avec elles ?
Ton appréciation de leur travail.
Une merveille. Le morceau était simple, joué au piano-jouet sur quelques accords. Beaucoup plus mélancolique. Anne et Nikolu lui ont donné un air de fête. Je leur ai envoyé un cdr à Hambourg avec le morceau en pistes séparées, ils y ont ajoutés tous les arrangements. Ils m'ont renvoyé leur mix. Le son général était une catastrophe : beaucoup de souffle, la basse énorme sur le deuxième couplet. On a essayé d'équaliser et de compresser un peu au mixage pour que ça donne ce que ça donne. Très content de leur participation. Malheureusement, plus de nouvelles d'Anne depuis. Que fait-elle ? Des fleurs en plastique ? Des papillons en papier ?

Milky Milo Man
L'histoire de cette chanson ? Quelques mots sur Alastair Galbraith ?

Gros flash sur la version originale d'Alastair Galbraith, morceau de 1mn sur un single compilation des années 90 "I hear the devil calling me". En jouant le morceau pour moi, j'ai eu envie d'y rajouter des couplets, trouvés assez vite, qui collaient bien avec l'ambiance d'origine. Le morceau de départ ne comportait que le refrain. A part ça Alastair Galbraith semble avoir disparu de la surface de la planète indie-rock. Il est néo-zélandais, et il a joué avec les Mountain Goats, autre one-man-band adorable. La chanson évoque la tentation du christ dans le désert. Il est seul avec le diable, et il lutte pour ne pas céder à la tentation.

Travailler avec les frères Düne ça s'imposait ? où c'est vraiment le plaisir de partager la musique ? C'est pas trop le bordel ?
Je connais les Düne depuis dix ans. On a toujours joué ensemble. Ils m'accompagnent sur scène le plus souvent et on s'aime. On boit et on joue aux jeux vidéos ensemble (sauf André, sorte de luddite poilu). Leur participation est une évidence. Ils ne sont pas bordéliques, mais très pros au contraire. La notion de plaisir est simplement corrélative de leur exercice de la musique.

la suite (4/4)

< autres interviews <



chroniques de Wilfried*

Wilfried* 
'Songs for Mum & Dad'  

> toutes les chroniques



Copyright 2000-2018 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)