sommaire
disques
agenda
@ interviews
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

Conversations avec Jean Marc Butty de WHITE HOTEL

1 2 3 4 5

PurJus : Les morceaux de 'First Water' sont assez longs et on sent vraiment la tension monter jusqu'à des moments assez "enragés"/psychés. C'est dû notamment à l'enregistrement qui s'est fait 'live'. White Hotel est-il plus un groupe de scène ?
JMB : On s'est rendus compte après quelques expériences en studio qu'on avait du mal à reproduire ce qu'il se passait réellement sur scène. Le public crée une tension qui est importante pour nous et pour ces morceaux. Il y a un réel échange avec le public à ce niveau là. Il nous renvoie quelquechose qui rajoute à l'ambiance. On sent les gens rentrer dans l'ambiance; c'est quelquechose de très intime.
Dire après qu'on est plus un groupe de scène, oui. Je serais d'accord avec ça, même si on aura une approche différente en studio, on pourra se permettre d'expérimenter plus de choses, que l'on ne pourra pas forcément recréer sur scène.

PurJus : Cela veut dire que vous préparez un nouvel album ? C'est quoi l'actualité de White Hotel ? J'ai appris que tu étais toujours entre Londres et Paris. Ca doit pas être évident de retrouver tes accolytes.
JMB : On est effectivement en train de travailler sur un nouvel album qui sera un peu plus étoffé que First Water, au sens où on enregistrera en studio avec une instrumentation beaucoup plus riche, des arrangements un peu plus soignés. Sur scène, je pense que ça restera assez minimaliste.

PurJus : First Water est sorti en France en mars 2001 chez Spirit Of Jungle, label de Chambéry, mais l'album date d'octobre 1999 en Angleterre. D'où vient ce décalage temporel ?
JMB : On avait rencontré Spirit relativement vite, mais c'est surtout des problèmes administratifs. C'est indépendant de notre volonté.

PurJus : PurJus a découvert White Hotel par l'intermédiaire de Jennifer Charles, du groupe Elysian Fields. Elle nous a avoué écouter l'album énormément et t'apprécier beaucoup Jean-Marc. Peux-tu nous en dire un peu plus sur cette rencontre avec Elysian Fields ? Le mélange jazz et rock d'Elusian Fields et celui de White Hotel ne sont pas si différents l'un de l'autre.
JMB : On s'est rencontré à l'époque où je jouais avec PJ Harvey, à la suite d'un concert à New York. Après on a correspondu, parce qu'il s'était passé quelquechose au moment de la rencontre. On avait passé toute une nuit à essayer de se faire découvrir des artistes. Ce sont devenus des amis très chers. Même s'ils ont une approche différente, je pense qu'il y a quelquechose au niveau de l'ambiance, des influences, qui se rapproche de la musique de White Hotel : le jazz, l'espace, des ambiances feutrées et intimistes.

la suite (3/5)

< autres interviews <



chroniques de White Hotel

White Hotel 
'First Water'  

> toutes les chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)