sommaire
disques
agenda
@ interviews
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

Conversations avec Jean Marc Butty de WHITE HOTEL

1 2 3 4 5

PurJus : comment cela se passe-t-il en Angleterre pour les groupes ?
JMB : il y a beaucoup plus de structures en Angleterre qu'en France, que ça soit au niveau studios ou salles. Mais ils ont une politique qui est beaucoup plus dure qu'en France. Les concerts sont très peu payés, il ya beaucoup de choses qui sont à la charge des musiciens. Dans certains clubs, il faut même louer la sono pour pouvoir jouer dessus. On ne gagne quelquechose qu'à partir d'un certain nombre d'entrées (je parle des petits clubs). On ne vous donne ni à boire ni à manger. Alors qu'en France, quand j'étais dans des groupes locaux, on est au moins nourri, on a à boire pour la soirée et en plus on est payé 1000 ou 2000 F la soirée. Mais je crois qu'en France il y a beaucoup de choses qui sont en train de se passer. J'ai l'impression que les musiciens français prennent confiance en eux, affirment une identité qui est plus "française", disons qu'ils puisent plus dans leurs racines. on essaye peut-être moins d'imiter les autres aussi. c'est une très bonne chose. Beaucoup de gens pensent que les musiciens anglais ou américains sont meilleurs que les français, surtout dans le rock. C'est plus une histoire de confiance en soi.

PurJus : pour être bassement matériel, avec White Hotel tu arrives à vivre correctement ?
JMB : White Hotel c'est un projet qui est pas encore lucratif au point de nous faire vivre. Mais bon, je travaille avec d'autres gens. Si je suis coincé, ça peut être des petits boulots à droite à gauche. J'étais informaticien avant donc je peux faire des petits trucs. mais enfin j'évite quand même parce que c'est paas vraiment ce que je veux faire.

PurJus : ... ?
JMB : En musique rock, il y avait une prédominance américaine et anglaise. Tous ces groupes, ces légendes, c'est quelquechose que j'admire et respecte. Je crois qu'en France on a perdu énormément de temps à essayer de ressembler à ces gens là, ce qui est légitime ausi. Je jette la pierre à personne. Mais j'ai l'impression que les plus jeunes musiciens affirment une identité qui est différente. On se rend compte que ce sont des choses qui ont un répercution meilleure dans les autres pays comme en Angleterre ou ailleurs. Parce que c'est nouveau pour les gens là-bas. En France on a peut-être l'impression d'avoir déjà entendu ça quelque part, mais à l'étranger ils sont aussi friands de culture nouvelle. S'ils voient un groupe qui refait la même chose que ce que font les groupes locaux, ça les attirera moins, surtout si c'est moins bien fait, avec un accent français. C'est nettement moins acceptable pour eux qu'un groupe qui chante en français dont ils ne comprendront pas les paroles, mais qui fera quelque choses de neuf. Il y a une suprématie de ces cultures mais on a aussi quelquechose à dire, - sans revendiquer une quelconque identité nationale, je veux être très clair là-dessus - notre culture est riche également. Il y a de la place pour tout le monde.

Merci à : - Jean-Marc Butty pour sa gentillesse
- Spirit of Jungle qui a forwardé mon mail
- et enfin, toujours la même, Jennifer Charles (décidemment !)

< autres interviews <



chroniques de White Hotel

White Hotel 
'First Water'  

> toutes les chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)